Mieux connaitre son profil professionnel afin de choisir son orientation scolaire.

 

Les 3 séances individuelles d'aide et de conseil à l'orientation scolaire se déroulent à Toulouse, le mercredi , le samedi, et pendant les vacances scolaires.

Elles ont pour objectif d’aider le participant (de la troisième à la terminale) à faire un inventaire de ses intérêts professionnels en vue de le conseiller sur une orientation scolaire en adéquation avec ses attentes.

Ces ateliers permettent aussi de conforter les lycéens ou de leur donner des éléments indispensables dans leur choix de filières ou d'études post bac.

 

Un questionnaire d'intérêt professionnel ainsi que des exercices ludiques et des échanges aident le jeune à se recentrer sur lui afin d'approfondir son profil personnel au travers de ses goûts, son tempérament, ses besoins et ses valeurs.

 

Sont abordés plus particulièrement les trois domaines d’intérêts que sont :

  • les Activités
  • les Qualités
  • les Professions

Chaque profil personnel est ensuite mis en lien avec les profils professionnels qui existent afin d’explorer les métiers qui peuvent y être éventuellement associés.

 

Des questionnaire d'intérêts ( HEXA3D ou IRMR)  servent de guide pour faire l'inventaire et l'exploration de ces intérêts professionnels.

 

A l'issue des séances individuelles, le jeune a un éclairage nouveau sur des éléments de sa personnalité et sur les environnements professionnels qui lui seraient favorables pour trouver une orientation scolaire motivante pour lui.

 

Des groupes peuvent être constitués soit à l'initiative des parents, d'associations ou par les établissements scolaires qui en font la demande. Le groupe (5 participants minimum, 8 maximum) permet à chacun des participants de partager avec d’autres jeunes ses représentations (autour des métiers par exemple) et de pouvoir parler et échanger sur ses motivations dans un cadre protecteur et en toute confidentialité.

 

Lieu : Toulouse

Contact : Élisabeth ONODI 07 82 88 99 70

 

Elisabeth ONODI - Conseiller en Orientation scolaire et professionnelle

Certification aux outils d'évaluation des intérêts professionnels Hexa3D-IRMR (ECPA Paris)

Maître Praticien PNL -Programmation Neuro Linguistique (IFPNL - IDCR Toulouse)

Diplôme Universitaire de Management de la RSE  (ICT Toulouse)

Formation avancée en Analyse Transactionnelle (Ecole AT Toulouse)

Diplôme Universitaire de coaching en entreprise, (Université Toulouse Capitole)

 

+ d'infos [...]

 

 

 

 

Elisabeth ONODI - Conseiller en Orientation scolaire et professionnelle - Toulouse

Anne-Marie SOULA - Conseil en ressources humaines et Orientation scolaire et professionnelle - Toulouse

Anne-Marie Soula a exercé pendant plus de 15 ans son activité à Toulouse.

 Voici quelques extraits de ses réponses aux questions autour de l’orientation scolaire les plus fréquemment posées par les parents.

 Vous pouvez vous procurer l’intégralité des articles d’Anne-Marie Soula sur simple demande à partir du formulaire de contact.

 

Question 1 : D’après vous quel est le meilleur moment pour s’occuper de l’orientation de nos enfants ?

 

Dans le contexte actuel où le dossier scolaire de Première et Terminale est décisif pour l’admission dans certaines filières post bac, c’est, au moins, en début de 1ère qu’il est préférable de s’occuper de l’orientation, pour ne pas être sous pression et avoir du temps pour réfléchir et s’informer. Cela permet dans tous les cas de donner un sens à ces deux dernières années de lycée.

 

De mon point de vue, les jeunes gens ont besoin de leurs parents ou d’adultes de confiance pour aborder l’orientation et développer une vraie démarche dynamique de recherche.

 

Savoir où on va, vers quel type d’études ou/et quel type de métier, favorise l’engagement scolaire ; même si le projet n’est pas parfaitement clair, certains jeunes ont besoin de savoir pourquoi ils « doivent » travailler à l’école.

 

Ainsi mieux se connaitre, mieux comprendre son profil, voir à quel type de métier ou d’études on correspond (ou pas), rend plus concret sa projection dans l’avenir ; cela rassure. 

 

Notre travail consiste, avec le jeune, à trier, ranger les idées, les hiérarchiser, analyser les préférences, réfléchir…... échanger avec les parents ; tout ce travail « de construction » permet de cibler des axes d’orientation qu’il sera nécessaire, ensuite, de consolider (par un plan d’actions à mener pendant la 1ere et la Terminale).

Pour être vraiment exhaustive, j’ajouterai que le passage de la 2cde à la 1ère peut être aussi une étape importante dans la réflexion sur l’orientation quand le jeune ne sait pas ou hésite sur la filière à choisir d’autant que l’avis des professeurs va peser sur le choix à venir.

 

Je conseille parfois aux parents de proposer cette démarche de réflexion à leur jeune, à partir du troisième trimestre de 2cde, (pendant les vacances de Pâques par exemple), dès qu’ils sentent que le dossier scolaire est un peu juste, ou que le jeune n’est pas très investi dans l’apprentissage, qu’il a des idées mais qu’il hésite, qu’il a de multiples intérêts ou encore qu’il est « perdu ».

 

Bien entendu, les jeunes gens n’ont pas le même niveau de maturité au même âge et parfois, même si c’est le « bon » moment, certains ne veulent pas entrer dans cette réflexion, d’autres refuseront parce qu’ « inconsciemment », ça les angoisse et d’autres encore sont en refus de tout ce que proposent les parents…

Quoi qu’il en soit ces séances d’accompagnement à l’orientation scolaire vont, sans doute, permettre aux jeunes de prendre un temps pour eux afin d’aller vers une meilleure connaissance de leurs profils professionnels dans le but de les conforter ou de leur donner des éléments pour choisir leurs voies.

Anne-Marie SOULA

 Question 2 – De nombreux parents me demandent : comment aider mon enfant dans les choix d’orientation ?

 

Tous les parents n’ont pas la même position face à cette problématique et certains parents pensent que le jeune doit montrer son autonomie en cherchant seul les informations.

Ma conviction est que les parents ont un rôle à jouer dans l’accompagnement de la démarche des choix d’orientation de leur enfant.

Si leur jeune est autonome et qu’il réalise lui-même ses démarches, qu’elles sont cohérentes et constructives, bien sûr, le rôle des parents est plutôt d’être à l’écoute et d’échanger sur le réalisme des projets.

Souvent la plus grande difficulté pour les jeunes gens est d’avoir des représentations les plus justes possible sur les métiers et les filières car nos jeunes ne connaissent pas tous les métiers ni leur réalité.

Ils peuvent se faire des idées basées sur des clichés, des aprioris, des stéréotypes. Guidés par ces méconnaissances, ils peuvent alors faire des choix faussés. Mais attention, rien de grave, le jeune peut aussi se tromper ! L'échec peut même l’aider à avancer.

Quelle que soit l’autonomie du jeune (plus ou moins solide au cours des années de lycée), je pense que le rôle des parents pour l’aider à mieux percevoir la réalité des métiers, des secteurs d’activités, du travail et enfin de ce qui l'intéresse réellement est important.

 

Concrètement, que pouvez-vous faire si vous souhaitez aider votre enfant pour l’orientation scolaire ?

 

  • Tout d’abord, utilisez les ressources de la famille et de votre entourage : quel est le métier de la tante, des cousins, des amis proches et le vôtre aussi. Je suis très étonnée de voir combien nos enfants ne savent pas toujours expliquer nos métiers…alors qu’ils savent bien dire nos problèmes de travail !

Restez concret : « mon oncle est commercial, il voyage à l’étranger » oui, et il fait quoi tous les jours ?

 « Ma mère est dans un bureau, elle s’occupe des problèmes d’argent des gens » oui, et elle fait quoi, qui sont ces gens ? Est-elle conseillère à la banque, assistante sociale du centre médico-social du quartier, employée à la CAF ou conseillère patrimoniale ?

 « Mon père est ingénieur, il travaille pour les avions », oui et il fait quoi ? « Je ne sais pas exactement, il gère des gens », d’accord et il fait quoi toute la journée ? «Je sais pas bien,  il fait des réunions, souvent il n’est pas content et le soir, il rentre tard ».

 

La plus grande aide que vous puissiez apporter a votre enfant, c’est de lui donner des informations ou le moyen de trouver des informations « objectives » sur les métiers et les environnements de travail.

 

  • Si vous regardez ensemble les actualités à la TV évoquez l’emploi de la personne interviewée, son environnement. Si le jeune semble intéressé obtenez avec lui des informations complémentaire en faisant quelques recherches rapides sur le net, juste pour avoir quelques repères. Cette sensibilisation aux métiers, même superficielle (et même s'il fait comme s'il n’écoutait pas ...), va l’aider à avoir des représentations des métiers. Si l’explication est objective, il va peu à peu se rendre compte de l’intérêt qu’il peut leur porter.

 

  • Votre enfant a une (des) idée(s) de métier : posez lui des questions, cherchez à lui faire expliquer ce qui fait qu’il a cette idée, soyez le plus possible dans le questionnement bienveillant sans porter de jugement sur les métiers évoqués.

 Posez des questions ouvertes qui peuvent aider le jeune à éclaircir ce qu’il trouve bien dans le métier qu’il cite, tout simplement en discutant avec lui de représentations qu’il en a, en les comparant aux vôtres et en allant sur un des sites spécialisés (Onisep, l’Etudiant, Studyrama…)  qui regorgent de petites vidéos expliquant en deux minutes les métiers.

 

Par exemple :  « Je veux être médecin » ok (= accepter, accueillir sa parole), et qu’est ce qui t’attire dans ce métier ?  « C’est un beau métier » oui, qu’est ce qui fait que c’est un beau métier ? « On aide les gens, on sauve des vies », c’est vrai et qu’est ce qu’il fait le médecin dans la journée, concrètement ? « Je voudrais travailler aux urgences, pas dans un cabinet, c’est toujours pareil, alors qu’aux urgences, ca change tout le temps », oui, tu veux dire qu’il y a de l’action ? « Oui, c’est ça, il y a de l’action, de l’adrénaline »…..voyons, qu’est ce qu’il fait exactement un médecin ? Dans quel environnement vit-il (outre les urgences), es-tu déjà allé à l’hôpital ? Comment c’était, qu’as-tu vu ? Senti ? D’après toi, quelles sont les avantages et les contraintes de ce métier ? Et écouter un patient malade, le toucher, le soigner, faire un diagnostic, connaitre les maladies, le fonctionnement du corps, apprendre l’anatomie, la biologie cellulaire, ca t’intéresse ?

 

Petit à petit, en entrant dans la réalité des métiers cela permet au jeune de quitter sa représentation idéalisée et de prendre conscience de l’écart entre rêve et réalité sans culpabiliser ni se sentir trop frustré.

Les jeunes se prêtent volontiers à cette réflexion et réalisent très vite si leurs idées sont justes, réalistes, notamment sur les métiers et ensuite sur les parcours scolaires en adéquation.

 

Juste une petite recommandation : Parfois quand ils ont des aprioris ou des méconnaissances, ou qu’ils vivent leur travail avec difficulté, les parents et adultes peuvent manquer de distance par rapport à des filières ou métiers dans lesquels le jeune se projette.

 Adultes, nous avons parfois tendance à ne voir que le coté négatif des métiers et il nous arrive de juger les conditions de travail plutôt que le contenu du travail lui-même voire même de projeter nos propres perceptions !

 Soyons donc vigilants à essayer de rester le plus objectif possible.

 

En prenant conscience un peu plus de cette réalité cela lui permet de s’assurer (ce travail peut être fait avec un professionnel) que son profil et ses besoins correspondent et ainsi enclencher une nouvelle dynamique vers un but plus clair et concret.

 

  • Dans un second temps, si votre enfant l’accepte, aidez-le à rencontrer des étudiants et des jeunes professionnels.Un jeune professionnel pourra parler de ses études, dans une communication facile, adaptée ; il évoquera le lycée et son expérience d’orientation scolaire, il parlera de son évolution, de ses copains de promotion et il expliquera les tâches exercées dans son travail. Un professionnel expérimenté parle plus de son expérience et moins de son métier au début de sa carrière. Ainsi, l’accompagnement sur le chemin de l’orientation peut se faire quotidiennement, légèrement sans passer de longues heures devant internet ou à la lecture d’ouvrages spécialisés qui finissent par brouiller toutes les pistes.

 

 Partez de ce que dit votre enfant , de ce qu’il pense aimer, de ce qui semble l’attirer ou pas. Petit à petit, par touches, des repères se mettront en place et lorsque vous déciderez avec lui de « mettre de l’ordre dans les idées », travaillez avec un professionnel qui apportera un regard neutre et extérieur.

 Anne-Marie SOULA

 

 

 

 

Pour prendre rendez-vous : 07 82 88 99 70